Aller à…

RSS Feed

La Notification du renvoi de l’Argentine


Notre famille vit en Argentine depuis il y a 8 ans et nous sommes partis des U.S.A. il y a 10 ans. Le mardi passé, le 14 mai 2013, la police des frontières (Migraciones) est venue à notre camp à l’improviste et nous a menacé de nous renvoyer à la force de l’Argentine. Pour quelle raison? Parce qu’il y a un an nous avons divorcé les Pirates sur le Potomac (Washington, USA) et y inclus toutes les nations du monde corrompues, pirates, et rebelles contre Dieu.

Plus précisément, la racine de la lutte, c’est que toutes les nations du monde cherchent à mettre la marque de la bête sur chaque individu, et à cela nous disons: No! Si vous comprenez ceci vous comprenez aussi que la marque de la bête se vêt sur l’individu dans le monde entier tout d’abord par moyen du passeport (la citoyenneté).

Par conséquence, il y a presqu’un an (le 23 juillet 2012) nous avons offert aux nations du monde un passeport chrétien et par lui nous avons fait valoir la seigneurie suprême de Jésus, celle de sa nation chrétienne, sainte et spéciale, et notre citoyenneté chrétienne. C’est pour cela qu’on nous appelle « illégaux. » Mais Gary leur a dit: « Non. C’est vous qui êtes illégaux. »

Notez bien que la Code Civile propre de l’Argentine contient ces mots:  » … tout les gens … doivent se matriculer … sauf les personnes diplomatiques étrangères …  » [Code Civile Argentine, ¶9, I, 1964], entre autres. Si vous n’êtes pas de l’avis que les chrétiens sont des diplomatiques étrangères, alors pourquoi Paul a-t-il écrit lors d’une arrestation fausse: « Je suis un ambassadeur en chaines »? Ou pourquoi a-t-il écrit: « Notre citoyenneté est dans les cieux »? Et pourquoi Jésus a-t-il dit: « … nous sommes dans le monde, mais nous ne l’appartenons pas … pour cela il nous haït »? De même, nous sommes en Argentine, mais nous ne l’appartenons pas; en plus, nous ne leur demandons rien, mais eux ils commettent des crimes contre nous comme plusieurs autres nations l’ont fait avant notre arrivée en Argentine.

Gary a écouté attentivement leur boniment, et quand ils avaient fini, au lieu de perdre le temps de la police avec des explications ennuyeuse, il a mis la date sur la déclaration suivante et la leur a remise (en français, espagnol, allemand et anglais) avant de quitter leur compagnie:

Désaveu universel (français)

à: qui de droit
de: l’ambassadeur adjoint

date: _______________________________________

sujet: « Laissez aller mon peuple! »

Le Souverain Ambassadeur (Jésus) et son peuple n’ont aucun intérêt avec vous, ni en vos trésors terrestres, ni votre zone de conflit. Troubler la paix est un délit et détenir un homme juste sans cause juste lui aussi est un délit, parce que: « Dieu nous a appelés à vivre en paix. » A cause de ceci, veuillez laisser allez ce peuple sans une escalade davantage de tension.

Les chrétiens pendant tous les siècles ont fait face au même dilemme, comme Martin Luther il y a presque 500 ans a déclaré dans sa citation fameuse au commencement de la première réforme chrétienne:

« Tandis que votre plus digne majesté et vos très hautes puissances demande de moi une réponse claire, simple et précise, je vous la donne, et c’est celle-ci … je ne peux pas me soumettre ni au Pape ni au conseils; [ni a n’importe quelle nation du monde hostile contre Dieu], parce que c’est clair comme le jour qu’ils ont fréquemment fait des fautes et se sont contredits. Si ce ne soit que je suis convaincu par le témoignage de l’Écriture ou par le raisonnement le plus clair, ne soit-il pas que je suis persuadé par moyens des versets que j’ai cités, et ne soit qu’ils laissent ainsi ma conscience liée par la Parole de Dieu je ne peux rétracter ni rétracterai-je (mes croyances) parce que c’est dangereux qu’un chrétien parle [ou agisse] en contre de sa conscience. Ici je me tiens, je ne peux faire autre chose, que Dieu m’aide. Amen. »

Si la liberté en Argentine a quelque valeur, puis nous avons la liberté de vivre selon notre conscience, de nous divorcer des ennemies de Dieu et d’appartenir à lui seul. Ce qu’avait appartenu au César: le passeport, la marque de la bête, des compte bancaires, des bénéfices de la retraite, des lettres de recommandation en papier, etc., nous les lui avons rendus comme nous l’a dit Jésus. Maintenant nous appartenons à Dieu plus rien.

Néanmoins, l’heure des nations du monde hostiles contre Dieu a fini. « Je suis L’Éternel, votre Dieu, qui vous ai séparés de toutes les nations … qui sont sur la face de la terre … afin que vous soyez à moi. » Le Roi David a dit: « Heureux tous ceux qui se réfugient en lui! » Psaume 2,12. Cette heure-là est maintenant, et dans les mots de Pierre: Nous sommes « une nation sainte, » 1 Pierre 2,9.

Alléluia!

Gary et Vickie SPAULDING et 5 enfants
Bariloche, Argentine, 19 mai 2013

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d’histoires dePersécution des crétiens